“Comment le Lycée Français de Madrid fixe les frais de scolarité?”

Publié par apa le

Le LFM fait partie d’un réseau mondial et varié, piloté par l’Agence de l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE) qui est financé à 20% par l’Etat Français et à 80% par les familles (moyenne mondiale).

Ce grand réseau comporte plusieurs types d’écoles. La nôtre est un Établissement en Gestion Directe (EGD), cela veut dire que nos comptes financiers sont agrégés à ceux de l’Agence, et donc de l’Etat et qu’un grand nombre de décisions échappe aux parents et parfois même à la direction qui n’est que l’ordonnateur secondaire.

Au LFM, l’Etat Français apporte environ 2100 euros par élève via la rémunération d’une partie des personnels, les familles payent le reste (6000 euros). C’est beaucoup mais à Madrid, nous participons financièrement moins que la moyenne des autres parents du monde.

Nous nous permettons de refaire cette mise au point, car c’est vraiment un élément fondamental: beaucoup de vos messages parlent d’une incompréhension au moment de la comparaison avec d’autres établissements privés de Madrid. Le LFM est un établissement privé avec mission de service public mais n’a pas son autonomie de gestion. Il est dépendant des ordres de l’Agence, et l’intérêt de cette dernière ne se situe pas seulement à Madrid, mais aussi dans les 500 autres établissements du réseau.

Enfin, le LFM, c’est aussi une institution madrilène de 136 ans, qui maintient un niveau d’exigence élevé. Malgré les réticences, il est contraint d’entrer aujourd’hui dans une logique concurrentielle tout en maintenant un pilotage central. C’est pourquoi aucune réduction sur les frais de scolarité ne peut être accordée aux parents sans l’accord financier, donc politique, de l’Agence, donc du gouvernement français.

Les EGD doivent présenter leur budget de l’année à l’AEFE qui le valide. C’est l’agence qui fixe les hausses de frais de scolarité, en fonction de différents paramètres locaux, régionaux et mondiaux.

A l’APA, nous faisons en sorte, tous les ans, d’utiliser notre influence pour que les frais de scolarité restent stables. Le système actuel ne permet pas le gel des frais de scolarité car nos coûts augmentent mécaniquement. Les réserves de trésorerie que l’établissement peut faire sur les frais de scolarité sont soit remontées à l’agence, soit utilisés pour faire des investissements, soit utilisés pour des dépenses de fonctionnement (année COVID).

Catégories : FAQ